La Levée en Masse du 17 mai 1903
(Cette page n'est qu'un résumé d'une page plus détaillée)

    L'anticléricalisme est un sentiment très ancien, mais, quand l'Église, après avoir béni les arbres de la Liberté planté par la Révolution de 1848, a trahi la République en célébrant par un Te Deum le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte, il a été clair, pour des Républicains, qu'il fallait séparer l'Église de l'État. Mais il a fallu attendre 1869 pour que Gambetta formalise  ce
sentiment dans le Programme de Belleville.

    La Chambre qui fut élue à la chute de l'empire fut majoritairement monarchiste, mais celle qui lui succéda en mars 1876 fut majoritairement républicaine, et dès le mois de novembre, au moment du vote du budget des cultes, sa suppression fut demandée. Il en sera ainsi pendant 30 ans, et les présidents du conseil devaient soutenir ce budget parce qu'il était dû par le Concordat. En 1887, cela fut  fut reproché à René Goblet qui avait mis la Séparation dans son programme électoral de député. Il répondit qu'il doutait que ce sentiment fut partagé par la majorité du pays "...Faites cette propagande dans le pays comme je l'ai faite moi-même, et le jour où vous aurez la majorité dans le pays, vous l'aurez dans la Chambre, et vous ferez la séparation". Il leur dit ceci  après avoir expliqué que les cultes continueraient de toute façon d'exister et que pour qu'ils puissent s'organiser il fallait d'abord faire une loi sur les associations.

    En 1903, après que Combes eut succédé à Waldeck-Rousseau, on entendit un autre discours :
"M. la président du conseil. .... Je disais que notre société ne peut se contenter des simples idées morales telles qu'on les donne actuellement dans l'enseignement superficiel et borné de nos écoles primaires. (Bruit à l'extrême gauche. - Vive approbation au centre.)
     Pour que l'homme puisse affronter les difficultés avec ces idées, il faut les étendre, il faut les élever, il faut les compléter par un enseignement que vous n'avez pas encore créé et que vous devez créer avant de songer à répudier l'enseignement moral qui a été donné jusqu'à présent aux générations. (Interruptions à l'extrême gauche - Applaudissements au centre et à droite.)
     Quand nous avons pris le pouvoir, bien que plusieurs d'entre nous fussent partisans théoriquement de la séparation de l'Église et de l'État, nous avons déclaré que nous tiendrions sur le terrain du Concordat. Pourquoi ? Parce que nous considérons, en ce moment, les idées morales telles que les Églises les donnent - et elles sont les seules à les donner en dehors de l'école primaire - comme des idées nécessaires. (Vives réclamations à gauche et à l'extrême gauche.- Applaudissements au centre et à droite. - Mouvement prolongé)
..............
     J'aspire comme vous tous, du côté gauche de cette Chambre à l'époque que je voudrais prochaine, que je voudrais même immédiate, mais que la constatation de l'état présent m'oblige à ajourner quelque temps, où la libre pensée, appuyée sur la doctrine de la raison, pourra suffire à conduire les hommes dans la pratique de la vie. (Interruptions à gauche)
.............
     Tant que le moment n'est pas venu, vous ne pouvez du jour au lendemain faire, par un simple vote, de la société actuelle, une société solidement assise sur les principes de la raison. Vous ne le pouvez pas; (réclamations et interruptions sur divers bancs à gauche et à l'extrême gauche) C'est une question de pratique (Applaudissements au centre et sur divers bancs.)
     Oui, c'est une question de pratique ; ce n'est pas entre nous une question de doctrine puisque, du côté de la doctrine, je suis en communion avec vous.
.........
     Le budget fut voté, mais, selon un rapport de police, la discussion du budget des Cultes et le discours de M. Combes faisaient en fin de séance l'objet de toutes les conversations. Les députés d'extrême-Gauche ne décoléraient pas et criaient tous à la trahison du Ministère. "A partir d'aujourd'hui, disait le rapport de police, on peut s'attendre à de grosses surprises, car il y a quelque chose de changé dans la majorité."
 Toujours selon les rapports de police, "Dans les milieux socialistes on s'attendait à ce que M. Pelletan démissionne
bruyamment. Mais on s'attendait aussi à un accord temporaire ; que la lutte contre les Congrégations soit achevée ; puis la majorité abandonnerait M. Combes, car elle estimait que rien ne pouvait effacer les déclarations faites sur les idées religieuses". - "Les radicaux socialistes étaient plus intransigeants que les collectivistes ..." Ils reprenaient le mot de Gambetta, "il faudra se soumettre ou se démettre "
     Monsieur Combes était également ministre de l'intérieur .... et des cultes. Les rapports de ce qui se disait dans les couloirs de l'Assemblée arrivaient sur son bureau. C'est lui qui les avait demandé. C'était son mode de gouvernement  Il laissait entendre "qu'il n'était pas de ces chefs de Gouvernement qui ont la prétention d'entraîner des majorités après eux ; mais au contraire, il se laissait guider par la majorité républicaine". Il pouvait ainsi anticiper les désirs des députés, les "caresser dans les sens du poil" et, ayant une majorité instable, éviter de se faire renverser.
     Le ministère Combes ne "tombera" que près de deux ans plus tard, alors que , dès ce moment-là, ou plutôt un mois après, le nom de Rouvier, qui lui succédera, était prononcé pour le remplacer .... bien d'autres suivront !
C'est Jaurès qui présidait ce jour là la Chambre.

     Deux mois après cette mémorable séance, le 25 mars 1903, le journal l'Action naissait. C'était un quotidien "Républicain, anticlérical et socialiste" Il disait, dans son premier numéro, continuer l'hebdomadaire La Raison pour donner la parole à toutes les opinions républicaines dans la libre pensée. "Nous voulons écarter toutes les basses jalousies et mesquines querelles d'individus et de partis pour ne songer q'au triomphe du Peuple par la Raison". Y ont écrit : G. Clemenceau; Ferdinand Buisson; René Viviani; Marcel Sembat; Gustave Hervé; Maurice Allard; Victor Augagneur; Albert Bayet; ...
 C'est ce journal qui organisa les rassemblements du 17 mai suivant pour demander la séparation des Églises et de l'État. Les journaux parisiens, dans leur ensemble, n'en décomptèrent qu'une quarantaine. Dans sa proposition de loi, M. Hubbard déclara qu'il y eu, ce jour là, plus de mille réunions tenues à la veille du débat de la Chambre .  Il y a , dans cette affirmation, certainement un effet de manche ; un certain emballement. Les rapports de police furent silencieux à l'exception du rapport sur le correspondant parisien du "Courrier de Hanovre" qui rapportait que les récents incidents religieux avaient pour cause les agissements de l' "Action". Ce journal annoncera que plus de 600 000 personnes, au total, s'étaient réunis.Il n'y a pas de chiffre dans les archives du ministère de l'intérieur. Mais, même en "corrigeant" ce nombre, il est considérable pour l'époque.

 Voici des extraits de l'Action qui peuvent donner une idée plus juste de ce qui s'est passé

Samedi 16 mai 1903

La séparation des Églises et de l'État.
MANIFESTATION DU 17 MAI
Plus de deux cents Conférences
Un appel de l'Association Nationale des Libres penseurs de France - La Libre Pensée en marche.
Magnifique résultat en dix jours. - Le vu de tout un peuple. - Les cléricaux ont peur.
Prières publiques contremandées. - La police protège la religion
Les libres penseurs, par cette première mobilisation compteront une partie de leurs forces.
    La réponse a été admirable, à l'appel de l'Association nationale des Libres Penseurs de France. Et quelles proportions eût prise ce mouvement, si nous avions eu des orateurs à envoyer dans plus de 300 villes ou villages qui demandèrent, par un flot de lettres, de télégrammes, l'un des nôtres. Mais notre liste de conférenciers est encore en formation. Nous la ferons vite plus nombreuse.
    Quels que soient les mécomptes de nos amis, la manifestation sera significative. Elle indiquera, du moins, ce que bientôt nous pourrons, avec une plus longue préparation et des dévouements qui vont se multiplier. car l'élan est donné : la Libre Pensée, vraiment, est en marche.
    Les cléricaux l'ont bien compris. Ils ont vu, dans ce commencement d'organisation, la menace décisive.
Cette fois, on passe des discours aux actes. Et cela est mauvais pour la Calotte !
Ah ! si le gouvernement osait nous soutenir !... Si M. Combes voulait entendre le vu de tout un peuple qui demain le soutiendra. S'il voulait prendre cette responsabilité et s'assurer l'honneur d'un tel service rendu à la République : séparer l'Église de l'État !
    Voici la liste des conférences et conférenciers, telle que nous avons pu la former :
Agde, Libre Pensée  Dupré - Aigues-Vives, Libre Pensée ... Marie Murjas - Amfreville-la-Mi-Voie, Groupe républicain ... Ernest Lepez - Amiens, Libre Pensée, .. Dejeante -  Anduze, Groupe républicain, lundi 18 , Ernest Girault - Angers, Groupe "Germinal", .... P. Renaudel - Argenteuil, Libre pensée .... V. Depoix , A. Peckstadt - Aubervilliers, Libre Pensée. Albert Crémieux  - Bar-sur-Seine, Groupe rép .... Paul Meunier - Beaumont (S.et O.) Groupe d'Etude sociale .  A. Levasseur - Besançon, Fédération de la Libre Pensée ... Ch. Beauquier - Bolbec, Libre Pensée ... Raoul Fauconnet - Boulogne-sur-Mer,Action démocratique et sociale ... Edouard Delesallo et Maurice Monier - Brest, Libre pensée ... Dr. Loisel - Clermont-Ferrand, Ligue des droits de l'Homme ... Delpech - Chartres, Libre Pensée ... G. Lhermitte -  Dieulefit (Drôme), Libre Pensée .. Charles Vallier - Elbeuf, Libre Pensée .... Gustave Kahn - Grand Combe, Libre Pensée .. Eroux - Grenoble, Libre Pensée "la Raison" .... Zévaès - Laon, Libre Pensée ... Félix Gaborit - Le Havre, Libre Pensée ... Allemane - Levallois (Seine), Groupe républicain .... J.B. Morin - Lille, Libre pensée .... G. Hubbard - Lillebonne (Seine-Inférieure), Libre Pensée ... Raoul Fauconnet - Limoges, Groupe républicain ...Gustave Tery - Lyon, Comités républicains .. Ferdinand Buisson ,F. de Pressensé - Meulan, Loge Maçonnique ... Dr. Meslier - Miradou (Gers), P.O.S.R ... Th. Cordé et  A. Willm - Montelimar, Libre Pensée ... Charles Vallier - Morlaix, Libre Pensée ... Yves Le Febvre - Moulins, Libre Pensée ... B. Guinaudeau - Nançy, Libre Pensée et Université Populaire .... Victor Charbonnel - Nantes, Libre Pensée... Laurent Tailhade - Nemours (Seine et Marne), Girod - Nîmes, Libre Pensée ... Ernest Girault - Notre-Dame-de-Franqueville ... Ernest Lapez - Nouzon (Ardennes),Libre pensée .  Albert Poulain et Maria Vérone - Pacy-sur-Eure, Loge Maç. .. Paul Fleurot - Paris (4°) Libre Pensée de l'Imprimerie nationale ... A. Thomas - ParisParti socialiste de France, section du 11° .... Faberot, Garaud, Gelez, Toussaint - Persan, Université populaire, Samedi 23 .. Urbain Gohier - Reims, Libre pensée ...Ch. Arnould et  Henry Bérenger - Reuilly (Indre) Libre Pensée...Dufour - Riberac, Loge ... Félicien Paris - Roanne, Libre Pensée ... Henri Arnouki - Rouen, Groupe de Libre Pensée et Union socialiste ...Ch. Dumont - Saintes, Groupes rép. ... A. Bourceret - Saint-Amand, Libre Pensée..... Henri Chateau - Saint-Bent, (Haute-Saône), Libre Pensée ...  Soule E. Wieme - Saint-Chaptes, Libre pensée ... Poisson - Saint-Etienne-du-Rouvray ... Trochet - Saint-Hyppolyte-du-Fort, Libre Pensée ... Pastre - Saint-Nazaire,Libre Pensée , lundi 18 ... Laurent Tailhade - Saint-Ouen, Groupes socialistes, samedi 16 ..... Dr Meslier Mme Maria Vérone - Saint-Pourçain (Allier), Libre Pensée, samedi 16 ... B. Guinaudeau - Saumur, Libre pensée ... L.A. Lichy - Tours, Comités républicains ... L. Lafferre - Triel (Seine-et-Oise) ... E. Breuzin - Troyes, Groupes socialistes.. Maxence Roldes - Valenciennes, Libre Pensée ... Em. Chauvière - Versailles, Groupe répub. .. Maurice Verries - Vesoul, Libre pensée ... Gustave Schneider - Vienne (Isère), Libre pensée . Charles Vallier - Voulx (Seine-et-Marne) ... Noël Reybar

     Dans ses numéros datés du 18 au 23 juin 1903, l'Action publia tous les comptes rendus qu'elle reçu . Ils venaient de
Plaisance , de tous les arrondissements de Paris, de l'AIN Ambérieu-en-Bugey; Chézery-Forens -  AISNE Guise; Laon -ALLIER Doyet; Gannat; Saint-Germain-des-Fossés;Vichy - ALPES-MARITIMES Nice; Puget-Théniers;Valdeblore - ARDECHE Aubenas; Annonay; Le teil; Tournon; Viviers-Teil; La Voulte-sur-Rhône - ARIÈGE Aigues-Vives; Foix; Laroques-d'Olmes; Massat; Mirepoix; Montgaillard; Saint-Girons; Villeneuve-d'Olmes- AUBE Aix-en-Othe; Manguy-le-Châtel; Les Ricey; Saint-Julien; La Saulsotte; Troyes; Villemaur; Villenauxe - AUDE Argeliers; Armissan; Badens; Bages; Bizanet; Canet; Capendu; Carcassonne; Castelnaudary; Couffoulens; Cuxac; Fabrezan; Fleury; Graissan; Homps; La Nouvelle; Lagrasse; Leucate; Lézignan; Marcorignan; Montredon; Narbonne; Névian; Ornaisons; Peyrac-de-Mer; Portel; Raissac; Rieux-Minervoix; Salles; Thézan; Trèbes; Villeneuve-Minervois - AVEYRON Millau - BASSES-ALPES Entrevaux; L'Escale; Malijai; Noyers-sur-Jabron; Sisteron; Thoard; Valensolle; Venterol - TERRITOIRE DE BELFORT Belfort BOUCHES-DU-RHONE Aix-en-Provence; Arles; Chateau-Gombert; Jouques; Marseille; Tarascon- CALVADOS Caen;  - CANTAL Massiac -  CHARENTE L'Isle-d'Espagnac  CHARENTE-INFERIEURE Anais; Aytré; Loiré; Marennes; Rochefort; Saint-Jean-d'Angély; Saintes; Surgères; Tonnay-Boutonne - CHER  Bourges; Saint-Amand-Montrond -CONSTANTINE Bône - CORREZE Lamazière-Basse; Ussel;  CORSE Ajaccio; Bastia; Sartène; Sisco - COTE-D'OR  Bellenod-sur-Seine - COTES-DU-NORD Pluzunet - CREUSE Guéret - DEUX-SEVRES Niort - DORDOGNE Lalinde; Nontron; Sarlat -  DOUBS Besançon; Pontarlier; Mancenans- DORDOGNE Lalinde; Sarlat;  Saint-Astier - DOUBS Mancenans; Montbéliard; Pontarlier -  DROME Charmes; Dieulefit; Montélimar; Montmeyran; Oriol; Piégon; Saint-Jean-en-Royans; Saint-Laurent-en-Royan; Valence - EURE Brionne; Courdemanche; Ezy; Pont- Audemer -  EURE-ET-LOIRE Chartres; Janville  - FINISTERE Brest; Morlaix; Pont-l'Abbé;  Poullaouën - GARD Aimargues; Alais; Aubais; Beaucaire-sur-Rhône; Bessège; Canaules; Castillon-de-Gagnière; Jasse-Larnac; Lassalle; Lédignan; Lezan; Moussac; Nîmes; Quissac; Le Vigan - GERS Auch; Eauze; Fleurance; Lectoure; Miradoux - GIRONDE Bordeaux HAUTES-ALPES Briançon; Gap; Laragne; Ribiers; Venterol - HAUTE-GARONNE Fronsac; Toulouse - HAUTE-MARNE Fayl-Billot; Bize - HAUTE-LOIRE Blesle; Lempdes; Sainte-Florine; - HAUTE-SAONE Vesoul - HAUTE-SAVOIE Chablais; Saint-Julien-en-Genevois; Sallanches - HAUTE-VIENNE Droux; Limoges - HERAULT Balaruc-les-Bains; Béziers; Bessan; Cette; Gabian; Loupian; Lunel; Marsillargues; Montpellier; Pézenas; Saint-Chinian; Villedaigne; Villeneuve-les-Béziers; Vinassan - ILLE-ET-VILLAINE Rennes; Saint-Malo - INDRE Châteauroux; La Châtre; Reuilly - INDRE-ET-LOIR Manthelan; Tours - ISÈRE Fontaine; Grenoble; Vienne; La Motte-d'Aveillan; Pont-en-Royans; Vizille -  JURA Lons-le-Saunier; Morbier; Morez; Poligny - LOIRE Bourg-Argental; Chazelles-sur-Lyon; Rive-de-Gier; Firminy; Roanne; Roche-la-Molière; Saint-Etienne; Saint-Jean- Bonnefonds; saint-Just-sur-Loire  - LOIRE-INFERIEURE Nantes; Saint-Nazaire- LOIRET Bonny-sur-Loire; Gien; Pithiviers; Saint-Paul-en-Jarez - LOT-ET-GARONNE Clairac; Agen; Villeneuve-sur-Lot - LOZÈRE Langogne; Florac; Mende - MAINE-ET-LOIRE Angers; Saumur - MARNE Châlon-sur-Marne; Cheminon; Epernay;  Fère-Champenoise; Vitry-le-François - MAYENNE Laval - MEURTHE-ET-MOSELLE Nancy; Pont-à-Mousson; Pont-Saint-Vincent; Toul - MORBIHAN Auray; Lorient - NIÈVRE La Charité; Decize; Tannay - NORD Le Cateau; Dunkerque; Ecuelin; Ferrière-la-Grande; Fourmies; Haveluy; Lille; Roubaix; Rousies; Valenciennes - Roubaix - OISE Andeville; PAS-DE-CALAIS Boulogne-sur-Mer; Lens -PUY-DE-DOME La Bourboule-les-Bains; Brassac-les-Mines; Brenat; Clermont-Ferrand; Job; Neschers; Pardines; Plauzat; Saint-Eloy-les-Mines - PYRENNEES-ORIENTALES Arles-sur-Tech; Baixas; Boulou; Perpignan; Ponteilla; Rivesaltes; Vingrau - RHÔNE Cours; Grégny; Lyon; Marnand; Montrottier; Tarare; Valsonne - SAONE-ET-LOIRE Autun; Bianzy; Chagny; Châlon-sur-Saône; Le Creusot; Gueugnon; Mâcon; Montchanin-les-Mines; Saint-Léger-sur-Dheune; Saint-Sernin-du-Bois; Saint-Vallier; Sanvignes  - SARTHE Le Mans - SEINE Alfortville; Aubervilliers; Bagnolet; Bécon-les-Bruyères; Bezons; Bois-Colombe; Charenton; Clichy; Gentilly; Levallois-Perret; Les Lilas; La Garenne; Joinville-le-pont; Pantin; Le Perreux; La Plaine-Saint-Denis; Romainville; Saint-Denis; Saint-Maur; Saint-Ouen - SEINE-INFERIEURE Bolbec; Elbeuf; Le Havre; Lillebonne; La Mivoie; Saint-Etienne-de-Rouvray; Rouen - SEINE-ET-MARNE Chelles; Meaux; Misy; Moret-sur-Loing; Saacy; Voulx - SEINE-ET-OISE Argenteuil; Beaumont-sur-Oise; Chanteloup; Groslay; Houilles; Limeil-Brévannes; Livry; Maison-Lafitte; Meulan; Montigny, Cormeilles, La Frette et Herblay; Montmorency; Neuilly-Plaisance; Persan; Pontoise; Le Raincy; Saint-Leu; Saint-Leu-Taverny; Sannois; Sèvres; Triel; Versailles; Villabé; Villeneuve-Saint-Georges  -SOMME Amiens; Bussy-lès-Daours; Corbie-Fouilloy; Terramesnil - TARN Carmaux- TARN-ET-GARONNE Beaumont-de-Lomagne; Montauban; Moissac; Verdun-sur-Garonne - TUNISIE Sousse  - VAR Bargemon; Barjols; Besse; Brignoles; Carcès; La Seyne; Draguignan; Fayence; Fayence et Tourettes; Flayosc; Gonfaron; Le Luc; Le Muy; Lorgues; Ollioules; Saint-Maximin; La Seyne; Saint-Zacharie; Solliès-Pont; Toulon  - VAUCLUSE Apt; Avignon; Avignon; Gargas; Isle-sur-Sorgue; Lagnes; Lauris; Pertuis; Puymeras; Visan - VIENNE Chauvigny; Charroux - YONNE Ancy-le-Franc; Boeurs-en-Othe; Jussy; Sens; Saint-Clément

     Ces réunions  d'une rassemblèrent d'une dizaine, à plusieurs milliers de personnes quand c'est tous les républicains qui s'unissaient. Dans la même commune, des associations différentes se réunirent séparément et firent parvenir au journal des comptes rendus individuels. Celui qui est, sans doute, le plus symptomatique est celui qui vint d'une commune du Var :
 "Les membres des Cercles républicains de Lorgues: l'Union Ouvrière, la colonne des Travailleurs, la Concorde, réunis
dans leur salle respective, les républicains socialistes indépendants de la localité consultés individuellement:
    Félicitent le gouvernement d'action républicaine et en particulier M. Combes de l'énergie qu'il déploie à combattre les
congrégations religieuses, l'engagent à les supprimer toutes, à séparer le plus vite possible les Églises de l'État et souhaitent que
les 40 millions que l'État donne aux curés soient employés à alimenter une caisse destinée à procurer aux travailleurs une retraite pour leurs vieux jours."
     L'anticléricalisme était ce qui divisait le moins les républicains. Heureusement !

     Il faut remarquer que deux femmes furent oratrices à une époque où ces dernières n'avaient pas le droit de vote et  où, lorqu'elles étaient mariées, elles perdaient leur majorité civile, ne pouvant plus, entre autre, ester en justice sans la permission de leur mari.....
     Plusieurs comptes rendus firent état d'une assistance féminine et eurent une rédaction débutant par "Les citoyennes et les citoyens qui se sont réunis ...." précédant ainsi de plusieurs décénies le Général De Gaule qui avait innové en commençant ses discouirs par "Française ! Français ...!.
     En dehors d'Aubervilliers où des incidents violents eurent lieu, ces rassemblements - les petits de l'ordre de l'association locale comme les grands qui rassemblèrent plusieurs centaines, voire des milliers de personnes - se déroulèrent dans le calme.   Les républicains, radicaux ou socialistes, dans tous les départements, réclamaient, au nom des mêmes principes d'égalité devant la loi, et de droit commun en matière religieuse, la disparition des budgets salariant certains cultes, la disparition du Concordat privilégiant l'église catholique romaine et l'abrogation des textes accordant une protection de faveur, en dehors du droit commun à certaines religions.
     Ces comptes rendus remerciaient le gouvernement "pour la façon énergique dont était appliquée la loi sur les congrégation." ; Cette loi est celle de 1901 sur les associations, Titre III ! Il était demandé au gouvernement de poursuivre son action par le vote de la proposition de loi présentée par M. de Pressensé afin de procéder à la séparation des Eglises et de l'Etat.
 Ils réclamaient en outre l'abrogation de la loi Falloux , l'éducation sociale, l'enseignement laïque et la suprématie du pouvoir civil.
    Par exemple : Le comité socialiste de Clermont Ferrand avait adressé la lettre suivante au maire:
                                  Monsieur le maire
             Les membres adhérents au comité socialiste, électeurs à Clermont-Ferrand, ont l'honneur de vous informer que nous sommes décidés à manifester publiquement , le dimanche 17 mai - et en toutes occasions - contre les manifestations cléricales, nous basant sur l'article 45 du Concordat, qui nous donne le droit - et vous fait un devoir - à vous monsieur le maire, d'interdire toute manifestation religieuse sur la voie publique, dès qu'il y a divers cultes établis et professant dans la commune.
Agréez, ....
     Le préfet du Puys-de-Dôme avait donc demandé au maire de Clermont-Ferrand d'interdire la procession du 17 mai à laquelle devait assister le cardinal évêque de Lyon, l'évêque de Gap et de Digne
    M. Andrieu, évêque de Marseille, avait repoussé au 24 les prières publiques qui devaient avoir lieu le 17 et ce à cause d'une "manifestation socialiste et anticléricale."
     Ces manifestations étaient, en outre, une réponse aux prières publiques considérées comme des provocations du clergé. Elles se passèrent généralement dans le calme, mais il y eu parfois des incidents violents provoqués, selon "La Croix" par des "Apaches à la solde des Francs-maçons"....

Le 18 mai, l'Action titrait :

L'AGITATION CONTRE L'ÉGLISE
Grande Journée de Libre Pensée
MANIFESTATIONS IMPOSANTES
Pour la séparation des Églises et de l'État. - Les incidents de Paris.- A l'église de Belleville.-
A Plaisance. -
Provocations et violences cléricales. -Les ordres du jour. - Le peuple le veut !

    La Grande Journée de la Libre Pensée a été un succès immense. Plus de 200 réunions ont été tenues dans la France entière, dans un calme qu'ont seules pu troubler quelques provocations cléricales. Cette première mobilisation des forces libres penseuses, nouvellement organisées, est la plus puissante menace qui ait jamais été dressée contre l'Église. Désormais, c'est la lutte suprême. Il faut que nous ayons raison de l'Ennemi, de l'Infâme, enfin !
LA JOURNÉE DES "APACHES NOIRS"
La matinée et l'après-midi à Paris. - A Plaisance et à Saint-Pierre de Montmartre.
Les incidents de Belleville. - Dix blessés. - Nombreuses arrestations.
    Les "Apaches rouges" opéraient hier en province. Les "Apaches noirs" ont cru le moment propice pour opérer à Paris.
Les cléricaux nous avaient même défiés. Ils avaient annoncé que le père Albert, jésuite comme le fougueux Coubé, devait parler à huit heures du soir, en l'église Notre-Dame-de-Plaisance et que nous n'irions pas. Ils savaient bien que nous ne pouvions nous rendre en nombre à ce rendez-vous puisque nous en avions donné d'autres aux quatre coins de la France.
.............

     L'enthousiasme des reportages est certain. Normal, dans un journal qui fut l'instigateur de ces réunions!  Mais s'il n'y avait pas eu cet élan républicain, peu ou pas rapporté par les autres journaux, il n'y aurait peut-être pas eu, 3 jours plus tard 247 députés pour voter l'urgence d'un débat séparation alors que 278 s'y opposaient. "Il n'y a plus que 30 députés à convaincre" se réjouissait Gustave Hubbard. Il est vrai qu'à la même séance, 313 députés contre 217 avaient approuvé la politique anticléricale du Gouvernement - les articles de la loi de séparation seront votés, deux ans plus plus tard, par une majorité de cet ordre. - Et  dans les jours qui suivirent, entre le 26 mai et le 25 juin, 5 propositions de loi furent déposées. Il n'y avait eu, jusqu'alors que celui de M. de Pressensé et il faudra attendre le 10 novembre 1904 pour le projet gouvernemental.
     La commission présidée par Ferdinand Buisson et rapportée par Aristide Briand, décidée le 20 octobre 1902, aurait sans doute encore attendu au-delà du 18 juin (8 mois !)  - elle avait été formée la semaine précédente - pour entamer ses travaux puisqu'elle avait pour mission d'étudier les propositions .
         La prophétie de René Goblet s'était accomplie.
 

Travail réalisé par Maurice Gelbard